giphy 2.GIF

#10 - POURQUOI BORUTO C'EST BIEN, EN FAIT.

19 novembre 2021

 

Pour ce dixième épisode du podcast (et oui, déjà 10 ! le temps passe vite !) j’ai décidé de vous parler de Boruto. Eeeeet oui, ce mal-aimé Boruto, agressé par les critiques, et qui n’est clairement pas reconnu à sa juste valeur ! Même si, dernièrement, à la suite d’épisodes extrêmement marquants (pour toute la communauté Naruto), les retournements de vestes ont commencé ! 


Je vais donc tenter de vous expliquer aujourd’hui pourquoi Boruto n’est pas si nul que ça, et pourquoi c’est même plutôt bien ! 


Il y aura potentiellement des spoilers dans cet épisode, alors attention ! 


Comme d’hab, un rappel de cette œuvre : 

Mangakas - Contrairement à Naruto, jusqu’au chapitre 51, c’est Ukyo Kodachi, le scénariste et Mikio Ikemoto au dessin (sous la supervision évidemment du grand maître Masashi Kishimoto). Il reprend le scénario à partir du chapitre 51. 

Publication : depuis mai 2016 au Japon dans le Weekly Shonen jump et en France, chez Kana, depuis mars 2018. 

Anime : depuis 2017 au Japon, qui comptabilise environ 220 épisodes et en simulcast sur la plateforme ADN. 


Résumé de l'oeuvre
La 4e grande guerre ninja est terminée depuis plus de 16 ans. Naruto est devenu le hokage de Konoha et, marié à Hinata il a deux enfants : un fils, Boruto d’une dizaine d’années et une fille, Himawari, un peu plus jeune. Ses rapports avec Boruto sont tendus, car ce dernier considère qu’il s’occupe trop du village et pas assez de sa famille. Mais une attaque des redoutables extraterrestres Otsutsukis (dont faisait partie Kaguya) va remettre les pendules à l’heure entre le père et le fils. 


Bonus : Le nom de Boruto, signifie « boulon ». C’est un clin d’œil au personnage de Neji, cousin de Hinata (et oncle de Boruto, donc) qui signifie « vis ». On peut également le voir sur le logo de Boruto (sur les mangas et dans l’anime) sur le premier « o », en forme de boulon. 


Avant toute chose, il est important de revenir sur la genèse de Boruto. En 2015, Kishimoto a annoncé un one-shot qui raconterait la suite des aventures de Naruto, après son mariage  avec Hinata et après être devenu Hokage. « Boruto le film » était également censé être juste une petite madeleine de Proust nostalgique. Mais tout a tellement bien fonctionné que le manga a été lancé en publication mensuelle, à partir de 2016 (sous la supervision de Kishimoto). L’auteur a déclaré que dans l’idéal, il souhaiterait terminer Boruto en un peu moins de 30 tomes, afin de faire une saga complète Naruto + Boruto de 100 tomes. 


Mais venons-eeeeen auu fait ! Déjà, il est important de faire une distinction entre le manga et l’anime. Si vous êtes un « anime only » je comprends que vous ayez pu être découragé par les épisodes et les tooooonnes de fillers qui viennent gâcher un peu la dynamique de l’histoire. En effet, le manga étant trop en retard par rapport à l’anime, ils ont été obligés de combler cela avec une quantité importante de fillers, par toujours super intéressants et parfois même un peu « bébé ». Mais depuis peu, l’anime a rattrapé le manga et est vraiment vraiment en train de devenir masterclass ! 

Par contre, le manga, c’est autre chose. L’histoire est beaucoup plus dans la veine de Naruto, avec des combats épiques et une trame intéressante/prenante. 


Le manga, comme l’anime commencent tout deux par une scène futuriste apocalytpique, où on voit Konoha complètement détruite. Boruto fait face à Kawaki et ils ont un dialogue peu rassurant ou Kawaki dit à Boruto qu’il va « rejoindre le 7eme » (est -il mort ? Est-il sain et sauf ?) et Boruto resserre son bandeau frontal ; qui est rayé d’un trait – est-ce le sien ? Est-ce celui de Sasuke ?). Il porte une cape et une épée qui semble être celle de Sasuke, et il dit à Kawaki qu’il est un ninja. Il semble avoir un œil avec une pupille inconnue. Cette scène apporte évidemment beaucoup de questions. Naruto est-il mort ? Kawaki est-il gentil ou méchant ou est-ce Boruto qui a sombré du côté obscur ? Pourquoi Konoha est encore détruite ? Que s’est-il passé ? 


Quelles sont donc les raisons de se lancer dans Boruto ? 


La nostalgie d’abord – Et oui, c’est bête, mais Naruto nous a tellement tous marqués et c’est une œuvre tellement appréciée que ça fait du bien, de continuer. Parce-que dans Boruto évidemment, il y a Naruto. Et pour les anciens, c’est avec le sourire qu’on le retrouve, finalement devenu Hokage, comme il l’a toujours rêvé. Il est fidèle à lui-même : maladroit, passionné, très attaché aux valeurs qu’on lui a toujours connues, et un peu plus posé et réfléchi. Il se retrouve dans des situations difficiles avec son fils qui ne le respecte pas et qui le provoque pour attirer son attention. Mais ça reste notre Naruto, accompagné de Kurama avec qui il est désormais très lié (et qui fait presque partie de la famille). On retrouve également tous les personnages « cultes » de Naruto, tous devenus adultes et ayant désormais des situations, et pour la plupart, des enfants. Sasuke est plus ou moins de retour au village et il a désormais un vrai lien très fort avec Naruto. Il est toujours aussi handicapé des sentiments, mais au moins, il essaye. Sakura est devenue une grande médecin ninja et est toujours attentionnée envers les autres, toujours aussi amoureuse de son Sasuke et une mère attentive à sa fille. Bref, on retrouve notre équipe 7 en pleine forme. Ainsi que les ninjas de la génération supérieure : Kakashi, Gai ou Tsunade, par exemple, qui font de brèves apparitions de temps en temps. 


Une nouvelle génération, qui fait sourire les plus grands et qui plaît aux plus jeunes – pour être très honnête, la génération de Boruto, c’est tous les enfants des shinobis de la génération de Naruto. Ce sont des copier-coller de leurs parents, et il y a une dynamique de « on prend les mêmes et on recommence ». Cependant, plein d’enfants ont, comme leurs parents avant eux, d’excellentes prédispositions à devenir des super ninjas. Boruto lui-même est non seulement le fils de Naruto, mais le petit fils de Minato. Il est un croisement entre deux clans puissants : les Hyugas détenteurs du Byakugan et les Uzumaki. Il fait partie de l’équipe 7 (évidemment) avec Sarada Uchiwa, née de l’union inattendue entre Sasuke et Sakura et dernière héritière du clan Uchiwa, qui éveille rapidement son Sharingan et qui semble avoir hérité du don naturel des Uchiwas pour le combat et la stratégie. Mitsuki (mon personnage préféré de cette saga) l’enfant « cyborg » d’Orochimaru, avec une excellente maîtrise du Raiton et doté de nombreuses ressources reptiliennes, comme son parent avant lui (parent, car avec Orochimaru, on ne sait jamais si c’est une femme ou un homme ; Orochimaru qui, contre toute attente, est devenu un parent attentionné et à l’écoute de son fils et qui se rend aux réunions parents/enfants de l’école!) et surtout doté d’un mode ermite particulièrement redoutable, auquel il a recours quelques fois dans l’histoire (mais pas assez à mon goût !). Leur sensei n’est autre que le seul et unique Konoha-Maru, petit fils du 3ème, neveu d’Asuma, membre du clan Sarutobi, qui a lui-même été le mini disciple de Naruto (et qui a connu un vrai glow-up physique entre l’enfance et l’âge adulte haha). Ils sont dans la même classe que Shikadai Nara, le fils de Shikamaru et Temari, de Chocho Akimichi (fille de Choji et de …), Inojin Yamanaka (le fils de Sai et d’Ino), Metal (fils de Lee, mère inconnue) et d’autres nouveaux personnages qui font leur apparition dans l’histoire : Iwabe, qui maîtrise le Doton, et Denki, fils d’un grand investisseur de Konoha, faible en combat, mais très malin et volontaire. Gaara a adopté un fils, Shinki, qui comme lui avec le sable, maîtrise le fer et, à l’image de son père, est très taciturne. 

On sent qu’il y a eu de l’évolution également dans la trame de l’histoire : Konoha est devenue une grande métropole, les enfants vont régulièrement déjeuner au burger du coin, Eclair Burger, il y a maintenant des trains et des bateaux pour se déplacer (fini les journées entières dans les bois pour aller d’un village à un autre). Ils jouent aux jeux vidéo, à un jeu de cartes qui ressemble fortement à une version ninja du Uno, et ils ont également des cartes à collectionner qui vous rappelleront des souvenirs ! Mais encore une fois, ça nous replonge dans un monde qu’on ne connaît que trop bien et ça fait du bien ! 


L’histoire générale – Alors, oui, à première vue, la trame de départ est assez basique : Boruto est un enfant un peu gâté et capricieux (et je dois l’avouer, particulièrement agaçant au début, pour nous, fans de toujours, qui savons tout ce que son père a traversé pour en arriver là !) qui n’a pas conscience du rôle de son père et qui est désespérément en quête de son attention. Il va avoir besoin d’une bonne attaque d’Otsutsukis pour comprendre qui est son père et à quel point il est puissant. Boruto est un peu, en opposition à Naruto, l’enfant qui a tout, et qui n’est pas complètement heureux alors que Naruto n’avait rien, mais a réussi à l’être. C’est un choix assez simpliste de la part des auteurs, mais je trouve qu’il est bien traité. Naruto est touchant en père dépassé par les évènements, fatigué par son travail de Hokage, qui enchaîne les gaffes et se discrédite aux yeux de son fils. Boruto, contrairement à son père enfant, est naturellement très doué et bourré de prédispositions pour devenir un excellent shinobi. Cependant, évidemment, ils partagent des qualités communes : un grand sens de l’amitié, de la dévotion pour les autres et cette faculté à ne pas baisser les bras, même devant l’adversité. Boruto a une fascination pour Sasuke et lui demande de devenir son mentor, ce qu’il accepte après lui avoir demandé de maîtriser le Rasengan (contrairement à son père, il le maîtrise en quelques jours). Sasuke a également un rôle important, car en plus de celui de sensei, il témoigne d’un grand respect à Naruto, ce qui amène souvent Boruto à réfléchir au sujet de son père. 


Lors d’épisodes fillers dans l’anime (et pour le coup, ceux-là je dois avouer que je les ai adorés), Boruto et Sasuke sont projetés dans le passé et se retrouvent dans le Konoha de l’époque de Naruto. Boruto rencontre donc son père qui a le même âge que lui. Ces épisodes, au-delà d’être une vraie bouffée d’air pour tous les fans de Naruto, permettent une remise à 0 pour Boruto. Il comprend que son père n’a vraiment pas eu une enfance facile, et cela renforce son admiration pour lui. Plusssss, ça lui permet de rencontrer et de s’entraîner avec le seul et unique Sanin légendaire, Jirayaaaaaa. 


On retrouve évidemment les valeurs classiques propres à Naruto et au shonen de manière générale : l’amitié, le dépassement de soi, l’effort, le salut des âmes. (Dans l’anime par exemple, et comme son père avec Sasuke avant lui, Boruto remue ciel et terre pour prouver l’innocence de son ami Mitsuki, qui a décidé de déserter le village). 


L’histoire plus en détails - Si on pensait en avoir fini avec Kaguya et son peuple bizarre, et bien ce n’est pas le cas. Les Otsutsukis sont la grande menace et les grands antagonistes de l’histoire. On découvre rapidement qu’ils ont pour projet de refaire naître l’arbre divin et de lâcher Jubi (petit air de déjà vu ?) afin d’éradiquer la vie sur terre. Mais pour se faire, ils ont cette fois crée une organisation du nom de Kara, et on comprend vite leurs vils desseins : préparer des humains à devenir des réceptacles d’Otsutsukis par le biais d’un sceau appelé le Kama. Sceau qui va être apposé à Boruto, par Momoshiki Otsutsuki, à la suite du premier combat contre lui. On va découvrir par la même occasion, le personnage de Kawaki, également détenteur du Kama, qui, va rapidement être à Boruto ce que Sasuke est à Naruto : un riva / ami / frère. Il est élevé par Jigen (dont on apprend par la suite qu’il est en réalité le réceptacle d’Isshiki Otsutsuki, originellement le binôme de Kaguya sur terre. Recueilli par Naruto (évidemment) à Konoha, il est taciturne, agressif et sur la défensive, persuadé que tout le monde veut le tuer. Mais petit à petit et grâce à la bienveillance des habitants de Konoha, il va se faire une place et trouver un sens à sa vie. Boruto quant à lui, subit de plus en plus son Kama et devient régulièrement incontrôlable (quand Momoshiki réussit à prendre le dessus). Cela renvoie régulièrement à la scène de début, et on finit par se demander si finalement, ce n’est pas Boruto, qui va devenir le vrai méchant de l’histoire. 


Les combats masterclass – S’il y a bien une chose de particulièrement appréciable dans Boruto, ce sont les superbes combats que et le manga et l’anime nous offre. Et rien que pour ça, vous devez regarder et/ou lire ! Le premier combat contre les Otsutsukis est là pour nous rappeler que le duo Naruto / Kurama n’a rien perdu de son talent et qu’ils sont encore plus forts. Ce même combat nous offre un duo Sasuke/Naruto contre Momoshiki Otsutsuki et ça les amis, c’est absolument incroyable. Parce qu’un Kurama avec une armure Susano, ça n’a pas de prix. Parce-que Sasuke et Naruto sont en harmonie parfaite quand ils se battent ensemble et on ne peut s’empêcher de se dire « mais merde, pourquoi on n’a pas eu ça plus souvent dans Naruto, au lieu de passer leur temps à se chamailler continuellement ? ». C’est beau. C’est presque chorégraphique, tellement ils sont en osmose. 

Au début de l’histoire, on a également un combat de Sasuke dans une dimension parallèle, qui est tout aussi épique. Les personnages étant devenus adultes, leurs techniques se sont améliorées, affinées. La qualité de production des animes s’étant aussi nettement améliorée depuis l’époque Naruto, cela nous offre vraiment des images de qualité incroyable. 


L’évolution des personnages – Même si c’est une œuvre censée être centrée sur Boruto, on continue de voir les évolutions de nos personnages préférés, et notamment de Naruto, par exemple. L’anime a d’ailleurs fait beaucoup parler de lui ces derniers temps pour plusieurs raisons (ATTENTION SPOILER !) : l’activation d’une nouvelle transformation de Naruto, le mode Baryon. En effet, face à Isshiki Otsutsuki, Naruto et Sasuke sont impuissants. Kurama informe donc Naruto qu’il existe une technique ultime pour pouvoir gagner. Mais que cette technique n’est pas sans risque, car elle entraîne fatalement la mort de son utilisateur. Cette transformation est tout simplement incroyable, non seulement au niveau du design, mais aussi de la puissance. Même Sasuke reste sans voix (ce qui, on ne va pas se mentir, n’arrive que très rarement). Cela permet de vaincre Isshiki, mais malheureusement, (MEGA MEGA SPOILER), cela entraîne également l’évènement le plus traumatisant de toute l’histoire de Naruto… la perte de Kurama ! Car oui, le mode Baryon n’entraîne pas la mort de Naruto, comme il le pensait, mais celle de son Biju. Après des adieux déchirants, (j’en ai encore la larme à l’œil) Kurama quitte Naruto pour de bon. Par la même occasion, Sasuke perd son Rinnegan car il se fait crever l’œil par un Boruto possédé par Momoshiki. Cela paraît évident que c’est un vrai choix scénariste de « diminuer » les adultes, pour laisser place à la nouvelle génération, et notamment à Kawaki et Boruto. L’histoire prend un tournant plus dramatique et on comprend rapidement que les jeunes vont devoir upgrader car ils ne pourront plus compter autant sur leurs aînés qu’avant. Cela a également une dimension un peu inquiétante, car on en vient à se demander si Sasuke et Naruto vont survivre jusqu’au bout de cette nouvelle aventure. Mais l’histoire prend des tournures de plus en plus sombres, avec de nouveaux antagonistes. 


Petit bonus (attention SPOILER !) : Pour les plus attentifs, l’un des membres de Kara attire vite notre attention (du moins, pour ma part j’ai eu la puce à l’oreille dès ses premières apparitions) : le personnage de Kashin Koji. Il invoque des crapauds, maîtrise les arts des marécages, a des longs cheveux blancs et des traces sous les yeux, que l’on remarque malgré son masque. Il est habillé en bordeaux et en gris, son chakra est déjà connu des services d’indentification du clan Yamanaka quand il pénètre dans Konoha, et l’une de ses attaques est… la « crinière hirsute du lion ». 

Alors ? Ça ne vous fait penser à personne ? 



Les défauts de cette œuvre : 

Le peu de prise de risques dans la trame générale – Même si personnellement, j’adore retrouver des mini ninjas sosies de leurs parents, les auteurs ont repris ce qui a bien fonctionné dans Naruto et l’ont appliqué à Boruto. Toute une génération de petits ninjas, copies conformes de leurs parents, à qui il arrive plein d’aventures. Boruto lui-même est une réplique de Naruto, à sa façon. 


Le manque de développement de certains personnages – Pour ne citer qu’eux, Sarada et Mitsuki sont trop peu exploités à mon goût, alors que ce sont des personnages extrêmement intéressants et très puissants (peut-être même plus que Boruto lui-même). On connaît le peu de talent de Kishimoto pour développer les personnages féminins, donc on croise les doigts et on espère que Sarada échappera à cette règle ! Et qu’elle réussira peut-être à devenir le premier Hokage Uchiwa (Tobirama se retournera dans sa tombe, mais ce n’est pas grave !). Quant à. Mitsuku, il est le fils du légendaire Orochimaru et dispose d’une puissance phénoménale et d’un mode ermite exceptionnelle, mais il n’est pas mis en avant non plus.


Le devenir de certains personnages légendaires – on comprend bien que le but de cette histoire n’estpas de faire une énième suite de Naruto et de céder la place à de nouveaux personnages, mais le destin de certains est un peu tristounet : Hinata, princesse des byakugans, et puissante combattante Hyuga est reléguée au statut de mère au foyer (excellente ménagère apparemment !). Gai, est complètement handicapé dans sa chaise roulante. Lee a perdu de sa superbe également, lui qui savait ouvrir les portes et qui est lamentablement battu par un Otsutuki. 

Inversement, la logique incompréhensible de Naruto (qui existe depuis toujours) : Kabuto (qui rappelons-le est à l’origine de la 4e grande guerre, qui a ramené des morts et assasinés des tonnes de personnes) devient directeur d’école pour plein de petits cyborgs. Quant à Orochimaru, qui est rangé et est devenu un bon parent, est toujours surveillé comme le plus grand terroriste de tous les temps. Entre autres ; 


Les milliers de fillers inutiles dans l’anime – je vous l’accorde, ces dizaines de fillers parfois sans contenu réel et sans intérêt sont sans fiiiiiin. Mais ce n’est pas sans rappeler tous ceux qu’on a pu trouver dans Naruto à l’époque ! ce qui garde une certaine cohérence haha). Mais d’un autre côté, les gens râleraient si l’anime se stoppait en attendant le manga. Donc, dans tous les cas, il y aurait toujours des mécontents ! 


En conclusion 

99% ont commencé à regarder Boruto pour voir Naruto (moi la première !). Parce-qu’on a tous du mal à le laisser partir et qu’on est tous super attachés à ce personnage (même s’il est fictif). Mais on se prend au jeu, on s’attache à ses nouveaux personnages, à cette nouvelle intrigue. On peut dire que Boruto est une bouchée d’air frais et de nouveauté, saupoudrée d’une once de nostalgie, le tout assaisonné avec des super combats (sublimés par les animés plus modernes, qui les mettent merveilleusement bien en scène).