giphy 2 copie 3.GIF

#15 - LE BATEAU DE THÉSÉE, SEINEN THRILLER ENDIABLÉ.

24 décembre 2021

 

Avant toute chose, je tiens à dire que, pour suite à des échanges constructifs avec des auditeurs (qui se reconnaîtront), j’ai décidé de tenter de faire mon épisode différemment. Plutôt que de vous faire un résumé qui spoile potentiellement le contenu de l’histoire (pour ceux qui ne la connaîtrait pas), je vous ferai une première partie « générale » sans spoil, où vous pourrez découvrir l’œuvre sans craindre que je lâche une info capitale à un moment donné, et une partie plutôt destinée aux personnes ayant déjà lu l’œuvre et souhaitant connaître mon avis dessus (dans laquelle il pourra potentiellement y avoir du spoil). 


Si vous me suivez sur les réseaux, vous savez probablement que j’ai eu un gros gros coup de cœur pour un manga ces dernières semaines : et pour une fois, il s’agit d’un seinen. Pas de ninja, de roi des pirates, ou de pourfendeur de démons cette fois, mais d’un thriller. Assez simple, mais très efficace.  Je parle évidemment du Bateau de Thésée ! 


Petit remerciement d’abord, à mon ami Loïc du podcast « de case en case » pour cette recommandation. Je vous invite d’ailleurs à aller écouter son épisode pour lequel il avait invité Stéphane Ferrand, directeur éditorial des éditions VegaDupuis, dans lequel ils abordent entre autres, la production et publication de ce manga.  Cela m’a intriguée et donné envie d’en savoir plus. Et après avoir commandé le tome 1 et 2, j’ai commandé toute la série d’un coup (coup de chance, le dernier tomait venait juste de sortir, quelques semaines avant !). J’ai vraiment eu un très gros coup de cœur pour ce manga, dont je vais vous parler plus en détails aujourd’hui.


Le seinen, pour revenir rapidement dessus, est une ligne éditoriale, destinée aux personnes 


Pour rappel : 

Mangaka – Toshiya Higashimoto

Autres œuvres : il semblerait qu’une autre de ces œuvres va arriver en 2022 : le fruit du platane. 

Publication – 2017 au Japon et en France en mars 2019 aux éditions VegaDupuis. 

Le dernier tome (10) est sorti le 5 novembre 2021. 

Il n’a a à priori pas d’anime pour le moment (mais je croise les doigts pour que ça arrive un jour !).


Avant tout, il est important de revenir sur l’expérience de pensée philosophique du bateau de Thésée. 

Thésée, personnage de la mythologie grecque, est revenu victorieux à Athènes de son combat contre le Minotaure. Son bateau aurait été préservé par les Athéniens : ils retiraient les planches usées et les remplaçaient — de sorte que le bateau resplendissait encore des siècles plus tard — jusqu'au point où il ne restait plus aucune planche d'origine. Deux points de vue s'opposèrent alors : les uns disaient que ce bateau était le même, les autres que le fait d’en changer toutes les pièces en avait fait un tout autre bateau.


Maintenant, place au résumé du manga : Shin, vit en 2015. Bientôt trentenaire, il a une vie difficile depuis son enfance et avec ses frères et sœurs, ainsi que sa mère, est traité en paria depuis toujours, car il est le fils d’un homme, Bungo Sano, accusé de meurtre depuis plus de 20 ans. En effet, en 1989, a lieu un crime odieux ou 21 personnes perdent la vie, dont de nombreux enfants d’une école primaire. C’est le père de Shin qui sera accusé de ce meurtre, même s’il ne cessera de clamer son innocence depuis lors. A la naissance de son propre enfant, Shin décide d’y voir plus clair et décide rendre visite à son père en prison. Père qu’il n’a d’ailleurs jamais connu, car sa mère était encore enceinte au moment de son arrestation. Avant cela, il décide de faire un détour dans la campagne d’Hokkaido, là où sa famille vivait au moment des faits. Il se perd dans la brume et quand il en ressort, il constate avec effarement qu’il a été projeté plus de 30 ans en arrière, l’année des meurtres, en 1989. Commence alors une drôle d’aventure pleine de rebondissements, dans laquelle Shin va petit à petit découvrir ce qu’il s’est réellement passé, cette année-là. 


Pourquoi ce seinen est-il une réussite ? 


Le voyage dans le temps – ce n’est plus à prouver et la pop culture regorge d’exemples probants (cf certains de mes films préférés avec un dénommé Marty McFly), mais cela fonctionne toujours. C’est une recette efficace à tous les coups. Cela fascine petits et grands et c’est pour le coup, la seule dimension fantastique de ce manga, qui s’ancre dans le réel. On a pu le voir très récemment dans le manga, avec l’excellent Tokyo Revengers. Et avec le voyage dans le temps, se pose toujours la question des conséquences de nos actions. Si on modifie quelque chose dans le passé, qu’est-ce que cela va entraîner dans le futur ? 


Les dessins – dans ce manga, les dessins sont vraiment très beaux et ils changent de ce que l’on a l’habitude de voir. Il n’y a pas une multitude de personnages dans lesquels on se perd, car l’histoire se déroule dans une petite ville. Du coup, l’auteur a eu le temps de donner de la personnalité et du caractère à chacun de ses persos principaux qui sont très facilement reconnaissables. Les décors sont très beaux (il semblerait que l’auteur se soit réellement inspiré de paysages d’Hokkaido).


Les personnages – la famille de Sano (et donc celle de Shin) est une famille très attachante. Chaque personnage a son petit caractère, et on sent que c’est une famille soudée quelles que soient les épreuves qu’ils traversent. 


Les questions/morales que soulève l’histoire – Le titre de ce manga n’est évidemment pas choisi au hasard. Comme dans l’histoire de Thésée, Shin va petit à petit bricoler des bribes de son passé, ce qui va évidemment avoir un impact conséquent sur le présent. Pourra-t’on dire alors que le Shin du début de l’histoire est identique au Shin de la fin de l’histoire ?


De plus, cette histoire est évidemment une quête d’identité. Toute sa vie, Shin a grandi dans une atmosphère lourde et difficile, où on lui faisait ressentir partout qu’il était le fils d’un meurtrier, donc pas quelqu’un de bien et qu’il ne méritait aucun égard. Sa famille est complètement déchirée depuis toujours et il n’a aucune idée de ce qu’est une famille heureuse et aimante. Sa mère leur a toujours dit de ne jamais se faire remarquer, de ne pas rire ou de ne pas pleurer et il a pris l’habitude de refouler ses émotions. C’est évidemment le fait de devenir père à son tour qui lui remet les idées en place : il a besoin d’en savoir plus, de comprendre qui est ce père qu’il n’a pas connu, d’où il vient. De plus, son épouse lui répète régulièrement qu’elle pense que son père a été victime d’une erreur dans l’enquête et que de nombreux éléments ne coïncident pas. 


La famille : dans la « vraie vie », Shin n’a pas connu le confort et la chaleur d’un foyer. Il ne sait donc pas ce que cela signifie. Avec son retour dans le passé, il va être intégré dans une famille soudée et unie, et pouvoir partager les plaisirs simples de celle-ci. Des repas, ou activités tous ensemble. Il va également, vous vous en doutez, développer une relation particulière avec chaque membre de sa famille et notamment avec Sano, son père, qu’il ne connaît pas dans le futur actuel. 


Le bien et le mal : il y a évidemment un rapport à cette question existentielle du bien, du mal, de la justice d’une manière plus large.             Certaines actions peuvent paraître mauvaises, mais prennent du sens lorsqu’elles sont expliquées. Tout comme dans un Death Note, ou dans les œuvres du duo Oba/Ohbata 


Le rythme de l’histoire – c’est un manga en 10 tomes et comme je l’avais dit plus tôt, c’est la durée idéale d’une série de ce genre. Tout comme un Death Note (autre thriller connu du monde du manga) qui n’a duré que 13 tomes (et encore, certains étaient « en trop ») cela permet à l’auteur de bien amener son histoire et de créer l’atmosphère du récit, mais également d’avoir un certain nombre de rebondissements pour que l’histoire avance, sans que cela ne dure trop longtemps. Car c’est un peu là le vice des voyages dans le temps, (comme je le disais lors de mon épisode sur Tokyo Revengers) : il peut vite y avoir une certaine lassitude. 


Les rebondissements et l’atmosphère – il n’y aura évidemment pas de spoil, mais vous vous en doutez, étant un thriller, il y a de nombreux rebondissements dans cette histoire. De nombreux meurtres et disparitions distillés çà et là, qui ne trouvent aucune explication rationnelle. De nombreux personnages avec des comportements étranges, qui nous font douter à tour de rôle. Et puis finalement on se dit « mais non, c’est beaucoup trop évident, ça ne peut pas être ça ». Évidemment, les retours dans le temps modifient incontestablement le futur et de nouveaux évènements viennent s’ajouter à la trame de base mettant nos héros dans des situations assez compliquées. 

Il y a également quelques scènes que l’on pourrait qualifier de « choc » : elles sont peu nombreuses, mais suffisamment marquantes pour venir ajouter une atmosphère malaisante au récit. De plus, tout au long de l’histoire, nous sommes accompagnés par des courtes scènes qui dévoilent les pensées de l’assassin. Cela évidemment, finit de nous tenir en haleine tout au long de ces 10 tomes !


J’entre à partir de maintenant dans la partie où il risque d’y avoir un petit peu plus de spoils, donc libre à vous de continuer ou de vous arrêter ici. A vos risques et périls ! 


L’évolution des liens entre Shin et Sano – Évidemment, Sano est l’un des premiers personnages auxquels Shin va être confronté lors de son retour dans le passé. Méfiant au début de ce père qu’il ne connait absolument pas, il va petit à petit se rendre compte que c’est quelqu’un de bon, avec un sens aigu de la justice et comprend rapidement qu’il est incapable d’avoir fait du mal à qui que ce soit. Ce qui va le faire redoubler d’effort pour l’aider et lui éviter le triste sort qui l’attend. Shin finira aussi par avouer la vérité à son père (qu’il vient du futur) et celui-ci aura d’abord du mal à le croire. 

Les deux personnages auront également bcp de mal à se considérer comme père et fils pendant un long moment. Le premier rapprochement aura lieu lorsque Shin ira rendre visite à son père dans le premier futur alternatif. Il lui demandera s’il peut l’appeler père. Et enfin, l’aboutissement de tout cela sera au moment où ils auront mis la main sur le coupable et que Shin, dans un effort désespéré se sacrifiera pour protéger Sano. Au moment de sa mort, Sano lui criera de ne l’abandonner et qu’il le considère comme son fils. 


Le dénouement – Sans en dire trop (car je ne veux pas non plus trop trop spoiler !) je n’ai pas vu venir ce dénouement, malgré quelques indices au cours de l’histoire. Je trouve l’idée d’intégrer le meurtrier au saut dans le temps final excellente, car cela donne une nouvelle dimension à l’histoire, plus de stress, plus de difficultés pour nos personnages principaux de trouver le coupable et de s’en sortir indemnes. 

L’évolution de la psychologie du meurtrier est intéressante également : jamais manichéenne, certaines choses s’expliquent plus ou moins tandis que d’autres restent juste sordides.Le fait d’avoir des informations venant du futur va changer un peu la donne pour lui.  

La fin est plutôt cohérente et s’inscrit bien dans la conclusion du récit. On a les explications / réponses à toutes les questions. 

Finalement, il n’y a que Sano qui se souviendra de ce tout ce qu’il s’est passé. 

Et qui connaîtra la vérité sur le voyage dans le temps de Shin. 


Les différentes timelines – Contrairement à Tokyo Revengers où il y a de nombreux aller-retours entre le présent et le futur, dans Le Bateau de Thésée il n’y en a que deux : un au début de l’histoire, qui lance le récit et un à la fin, pour nous permettre évidemment de conclure tout ça. La première, est l’espace temps « originel » dans lequel se trouve Shin quand le récit commence. Le deuxième est celui quand il revient en 2015 après son premier voyage dans le temps : la première version de sa vie est fade, mais correcte : malgré son enfance difficile, il a réussi à trouver une femme, il attend un enfant. La deuxième version est vraiment plutôt sinistre : il n’a jamais été marié, n’a jamais eu d’enfant, vit seul, sa sœur refait surface dans sa vie alors qu’ils s’étaient perdus de vue depuis des années mais finit par lui dire qu’elle ne veut plus le voir, et il se souvient parfaitement de son séjour dans le passé. Son père est toujours en prison et son innocence n’est toujours pas prouvée. Et enfin, dans la dernière timeline, qui est la « happy end » Shin est complètement reparti à 0, et a à priori une vie heureuse : sa famille est unie et heureuse et il n’a aucun souvenir de ces évènements passés. Petit bonus : il est amoureux de celle qui deviendra probablement sa future femme. C’est à ce moment-là que peut se poser la question du bateau de Thésée : Shin reste Shin, mais l’est-il vraiment ? On a modifié tellement de morceaux de son histoire, de son passé, présent et futur qu’il est difficile de dire s’il s’agit du même Shin. 


La planche finale de l’histoire : elle laisse planer le doute, car finalement, on ne sait jamais de quoi l’avenir est fait… 


Le bateau de thésée est donc un thriller que j’ai adoré, et je crois, mon premier seinen. (Si on ne compte pas La voie du tablier). Cela change de ce que j’ai l’habitude de lire et ça fait du bien ! Je compte d’ailleurs m’essayer à de nouveaux types de manga régulièrement ! Si vous aimez les romans policiers et les histoires prenantes, cette œuvre sera certainement faite pour vous. 



J’en profite également pour vous dire que le podcast fait désormais partie d’un collectif : les podcasteurs d’histoires à bulles et d’imaginaire. En effet, grâce au podcast j’ai découvert plein de gens vraiment trop cool et trop sympas, que des passionnés dans leur domaine. 


Nous avons donc plusieurs podcasteurs autour de la littérature au sens large : fantasy, fantastique et imaginaire, avec Ethno et les Annales d’Opale. BD Franco-belge avec Aurélien de Décoince ta bulle, comics en tout genre avec Alex et Pause Comics et enfin les podcasteurs mangas que je ne présente plus : Loic avec De case en case, notre trio de l’enfer jo, Doz et Max de chez PCF Mangas, le duo Seb et Val de Y a-t-il un pilote dans le manga ? et enfin ma chère copine Salambo de l’Otaku Club.