giphy 7 copie 3.GIF

#3 - J'AI COMMENCÉ LE MONUMENT ONE PIECE EN 2021.

2 octobre 2021

 

Et ouiiii, je l’avais dit !

Aujourd’hui, on va parler de ce monument international qu’est One Piece! 


Avant toute chose, je tiens à préciser que je ne suis pas du tout à jour dans ce manga, parce-que je l’ai commencé… il y a 3 mois ! Et oui !


Alors pourquoi pas avant me direz-vous ?

Et bien pour deux raisons très simples : la longueur de l’œuvre. J’ai mis des mois à rattraper Naruto, alors les presque mille épisodes de One Piece, j’avoue que ça m’a clairement découragée.

Deuxième raison : la qualité des dessins. J’ai beaucoup de mal à regarder / lire des mangas dont je n’apprécie pas un minimum le design, de manière purement esthétique. Et One piece, on ne va pas se mentir, dans les premiers tomes, ce n’est franchement pas ouf. Donc, ça ne me donnait pas envie ! Maiiiis après avoir entendu et écouté les supplications de certaines personnes de mon entourage, je me suis lancée.

Donc aujourd’hui, je vous propose mon analyse de la partie de cette œuvre que j’ai lu pour le moment (j’en suis arrivée au tome 62, juste avant l’arc des hommes poissons). C’est donc une analyse « partielle » de ce manga. 

RAPPEL SUR L'OEUVRE

Auteur – King Echiiro Oda

Date de sortie / publication – (japon) depuis juillet 1997 / 
(France) : depuis septembre 2000 par Glénat
à ce jour, 100 tomes existants 

Anime  – oui, 993 épisodes – Toei animation 

Nombre de tirages (facultatif) – 490 millions d’exemplaires, et oui, ça dépasse même Dragon Ball !

RÉSUMÉ DE L'OEUVRE

Depuis la disparition du célèbre pirate Gol D Roger, et sa déclaration au moment de sa mort que son trésor est caché quelque part aux ‘4 coins du monde, l’ère de la piraterie est à son apogée. Tous cherchent à mettre la main dessus. 

Monkey D Luffy (alias Luffy tout court) est un jeune garçon (qui a environ 16 ans au début du récit), qui enfant a avalé un fruit du démon qui lui a donné le pouvoir du Gumgum (homme-élastique) et qui décide de partir en mer pour devenir le nouveau Roi des Pirates, avec son légendaire chapeau de paille sur la tête (chapeau qui lui a été donné par Shanks, le pirate qu’il admire le plus et qui lui a donné envie de devenir lui-même devenir un pirate). Au fur et à mesure de l’histoire, il rencontre ceux qui vont devenir ses futurs camarades (et qui seront appelés les mugiwaras – « les chapeaux de paille »). 

Comme pour l’épisode sur Naruto, je vais évoquer ici, les points qui d’après moi, font la réussite de cette œuvre :  


  • Les personnages principaux : C’est LE gros point fort de ce manga, les personnages sont très atypiques, tous très différents, attachants, drôles. On ne peut qu’aimer Luffy, auquel on s’attache dès les premières pages. Ils ont tous des sacrées personnalités et ils se complètent mutuellement. 

  • L’ambiance générale de l’histoire : Forcément, quand on suit les aventures de pirates, on voyage beaucoup : les différentes îles à visiter, les différentes civilisations et populations rencontrées, toujours hautes en couleurs, évitent clairement une certaine lassitude, comme dans des mangas où l’histoire est toujours située au même endroit, car cela nous entraîne dans des aventures toutes plus différentes les unes des autres.

  • Les personnages secondaires : Pour le coup, je ne peux que saluer bien bas l’imagination LEGENDAIRE d’Oda. D’arriver à créer autant de mondes, autant de personnages, autant d’histoires, y’a rien à dire, c’est le maître absolu. C’est très difficile de choisir un perso préféré, tellement ils sont en grande majorité, tous très bons. Ma préférence absolue est pour le personnage d’Ace aux poings ardents, le grand frère de Luffy.

  • L’humour : Alors personnellement, je suis très bon public, et je me marre facilement pour un oui un non, mais je avouer que je ne fais QUE de rire en lisant One piece (bon, à part dans les moments horribles). Luffy est un comique à lui tout seul, il pass sa vie à dire des conneries malgré lui et à faire des boulettes. C’est le genre « j’agis e je réfléchis après ». Et c’est vraiment le ton général qui est donné à l’œuvre. On passe un bon moment, c’est joyeux, bon enfant, et réellement drôle. 
    Ex : le sens de l’orientation de Zoro, la passion des femmes de Sanji, Brook à lui tout seul ou encore Franky, le cliché de l’américain. 

  • Le fil conducteur et les énigmes tout au long de l’histoire : je n’ai pas encore fini l’histoire et j’en suis même loin (2/3 de l’œuvre) mais je dois avouer qu’Oda est fort. Il y a plein de connexions super complexes entre les histoires, les personnages, les lieux. On sent que quand le manga sera terminé, on se dira « mais oui, c’était évident, comment j’ai fait pour pas m’en rendre compte ». C’est bien dosé, suffisamment pour nous tenir en haleine, sans trop en dévoiler à chaque fois. 

  • Les sujets de fond : Sous couvert d’humour et de dessins rigolos, Oda aborde des vrais sujets de fond : racisme, esclavagisme, pauvreté , etc. Et je dois avouer qu’il les traite particulièrement bien, parce que ça passe « l’air de rien » alors que c’est abordé de manière très subtile. Exemple : le peuple des hommes-poissons réduit à l’esclavagisme depuis des années. 

  • L’émotion : Malgré le ton humoristique prédominant du manga, il y a quand même beaucoup d’émotion. D’abord, parce qu’on s’attache énormément aux personnages et qu’on vit leurs déceptions et leurs peines avec eux. Certaines scènes sont extrêmement marquantes et poignantes (surtout pour une chochotte qui pleure tout le temps comme moi). Notamment quand on en apprend plus sur le passé des uns et des autres. Ou quand on voit Luffy se démener corps et âme pour ses amis ou ses proches et être prêt à se sacrifier pour eux de nombreuses fois, sans jamais rien demander en retour.  

  • Le fait que les personnages ne meurent « presque » jamais : Honnêtement, pour ça, merci Oda. Ici, souvent, quand on croit certains personnages complètement morts et enterrés, ils réussissent finalement à se sortir des situations les plus complexes même quand tout paraît perdu. Par contre, la contrepartie de ça, c’est que quand un personnage meurt VRAIMENT (no spoiler, rassurez-vous), c’est d’une violence inouïe et on met 3 semaines à s’en remettre. (Oui oui, je pense que nous avons tous une scène de l’arc Marineford en tête). Traumatisme absolu. 

  • Les antagonistes de qualité : il y a autant d’antagonistes qu’il y a de mondes visités. Ils sont très nombreux, mais il y en a vraiment des très très charismatiques. Ils sont bien travaillés, avec des personnalités soit complètement psychopathes, soit assez complexes. Oda joue d’ailleurs bcp avec l’ambivalence : contrairement à Naruto, les « méchants » ne deviennent pas forcément gentils, mais ils raisonnent et sont stratégiques. Ils peuvent à diverses occasions devenir des alliés de poids, même si on se doute que c’est en attendant un retour, ou tout simplement juste dans leur intérêt. Personnellement, à ce jour et de ce que j’ai vu pour le moment, j’ai une petite préférence pour Mihawk et pour Crocodile (que je détestais dans l’arc Alabasta, mais que j’ai fini par trouver classe par la suite). J’aime aussi beacoup le personnage de Trafalgar, que je connais encore peu, mais qui du peu que j’ai vu, a l’air d’être bien baddass et complexe, comme j’aime. Eustass Kid aussi, qui pourrait être le grand frère de Bakugo Katsuki dans MHA !
    Et une petite pensée pour Bonclay, qui reste gravé dans mon cœur à tout jamais ! 

  • La diversité des arcs : Y’a franchement rien à dire là-dessus, on passe d’un monde à un autre, qui n’ont rien à voir les uns avec les autres, donc on va de rebondissements en rebondissements. Un coup on est dans la jungle, la fois d’après dans le ventre d’une baleine, puis dans une île qui flotte dans le ciel, puis dans une grande métropole. Bref ! Pas trop le temps de tomber dans la lassitude.

Points faibles de l’œuvre:


Pour être très honnête, je comprends mieux l’engouement qu’il y a autour de OP, car je trouve qu’il y a vraiment peu de points négatifs. Mais bon, on va essayer de rester objective et d’en trouver quand même quelques-uns :  


  • La mauvaise qualité des dessins : Comme je l’évoquais au début de cet épisode, c’était mon premier point bloquant avant de commencer ce manga. Mais, tout de même je dois reconnaître qu’on sent que cela évolue évidemment avec le temps et que ça devient de plus en plus beau. Et, pour me faire spoiler quotidiennement sur les réseaux, je ne peux que constater l’évident glow up de OP.

  • La mauvaise qualité de l’anime : Ce n’est pas un réel défaut, car les premiers épisodes datent de Mathusalem, mais dans les premiers arcs, on fait vraiment un bond en arrière. On se retrouve vraiment dans des vieuuuux épisodes qui sont comme une madeleine de Proust. Je me revois devant ma télé le dimanche matin avec mon bol de Miel Pops !

  • L’inégalité de la qualité des arcs : Certains arcs sont beaucoup trop longs (personnellement j’ai eu l’impression que l’arc Baroque Works / Alabasta a duré la moitié de ce que j’ai lu pour l’instant). Et certains sont de moins bonne qualité que d’autres. Maaaaais bon, on ne peut pas trop en vouloir à Oda Sensei d’avoir de temps à autres, des petites baisses de régime (et notamment dus problèmes de santé). Et cet avis reste très subjectif puisque cela dépend probablement d’une personne à une autre. 

  • Le fait qu’il faut parfois attendre très longtemps avant certaines informations sur des personnages : Alors, je ne suis pas encore à jour du tout sur ce manga, mais je trouve que beaucoup de mystères planent. Et pour en discuter avec des personnes qui elles, sont à jour, c’est toujours le cas, pour pas mal de choses et cela entraîne même parfois une déception parmi les fans. Et ce « défaut » fait que, je l’avoue, au début du manga, je trouvais que certains personnages manquaient de contenance et étaient un peu creux, car on ne savait pas grand-chose sur eux. (et j’avais été habituée à Naruto, où tout le monde a un passé et une vie suffisamment détaillée pour qu’on puisse s’apitoyer sur leur sort) 


CONCLUSION

Je comprends maintenant l’engouement autour de One Piece. Je ne suis pas encore à jour dans l’œuvre, mais je me suis très vite mise dedans, j’ai rapidement accroché, j’adore Luffy qui me fait mourir de rire, et que je trouve très touchant à la fois. On a envie de le voir réussir, de devenir le Roi des pirates. On a foi en lui, comme ses nakamas. J’ai vraiment super hâte de découvrir la suite et de continuer à avancer dans cette super histoire.

Le seul inconvénient de commencer un manga après tout le monde et 20 ans après : je me fais spoiler h24 sur les réseaux et par ma propre télé !


Par contre (haters bouchez vous les oreilles !), je ne comprends absolument pas pourquoi on compare continuellement Naruto et Onepiece. Je trouve que ce sont deux histoires qui n’ont absolument RIEN à voir, dans des univers complètement différents. Chacune des deux est un chef d’œuvre et aimer l’un ne veut pas dire dénigrer l’autre.

Oda et Kishimoto sont d’ailleurs très amis dans la vraie vie, et se sont toujours mutuellement encouragés dans leurs œuvres. On retrouve d’ailleurs régulièrement des clins d’œil de Naruto à OP et inversement !

Et je suis sûre que si Luffy et Naruto vous entendaient, ils vous diraient de vous réconcilier autour d’un bol de ramen et d’un morceau de viande en rigolant. 

 
Luffy.JPG