200.GIF

#4 - FOCUS - L  (DEATH NOTE)

08 octobre 2021

 

Death Note est mon second mangé préféré après Naruto, car je le trouve exceptionnel, tant par les dessins de Takeshi Obata, que j’adore mais que par le scénario prenant, en mode thriller de Tsugumi Oba. Contrairement à d’autres mangas relativement longs, il ne comporte « que » 12 tomes, et 2 saisons d’une vingtaine d’épisodes chacune, en anime. Ce qui se lit/ se regarde plutôt rapidement. Death Note est donc un excellent manga à recommander aux personnes qui se lancent dans le manga. Il est rarement décevant et fait souvent l’unanimité, même parmi les « non-otakus ». 15 ans après, il fait toujours partie des « meilleurs mangas » de tous les temps. 


Un rappel rapide de cette œuvre : Death Note

Les auteurs sont Tsugumi Ohba et Takeshi Obata (l’un au scénario l’autre au dessin). On leur doit également l’excellent Bakuman (qui raconte la vie de deux étudiants qui veulent devenir mangakas et qui, je pense, a une forte portée autobiographique !) mais aussi Platinum End, moins connu, dont le manga vient tout juste de se terminer en France, et dont l’anime sort le 8 octobre sur Crunchyroll !) 

Il a été publié entre décembre 2003 et mai 2006 au Japon et édité en France par Kana, entre janvier 2007 et octobre 2008.

L’anime de 37 épisodes est diffusé entre octobre 2006 et juin 2007 au Japon et réalisé par le studio Madhouse. 


Résumé de l’œuvre 

Light Yagami, brillant étudiant japonais, s’ennuie dans un monde qu’il trouve pourri et corrompu. Il excelle partout et est doté d’une intelligence hors du commun. Un matin, il trouve par terre un cahier sur lequel est écrit Death Note et qui contient une multitude de règles. Mais celle qui l’intéresse le plus est que : si l’on écrit le nom de quelqu’un dedans, il ou elle meurt. Evidemment, Light n’y croit pas du tout.


Mais après plusieurs essais, il constate que c’est effectivement le cas. Light décide donc de devenir un dieu (plus tard rebaptisé Kira – pour un dérivé de « killer » en japonais), qui exterminera le mal de ce monde, en tuant petits et grands criminels. Une règle importante, néanmoins pour l’usage du Death Note, l’utilisateur doit connaître le nom exact et le visage de la personne qu’il souhaite tuer. 

Ces morts inexpliquées à travers le monde et notamment au Japon, vont attirer l’attention des plus grandes agences de renseignements du monde, notamment Interpol, mais surtout l’attention de L, un mystérieux détective, réputé pour être l’homme le plus intelligent du monde, dont personne ne connaît le visage. L qui va rapidement être déterminé à découvrir, par tous les moyens, l’identité de Kira. 


Mais qui est donc L ?


Je lui dédie cet épisode, car il fait partie de mon top 3 de personnages préférés de mangas. Je trouve que c’est un personnage extrêmement bien travaillé, qui apporte une grande partie de sa valeur à ce manga. 


Il est né le 31 octobre 1982 (dans l’anime il a environ 22/23 ans) et il est d’origine anglo-japonaise. Il mesure environ 1m80, a des épais cheveux noirs mi-longs, des yeux noirs soulignés par d’énormes cernes noirs. Il porte très souvent un t-shirt blanc à manches longues et un jean bleu. Il porte rarement de chaussettes et se tient toujours assis avec les genoux recroquevillés contre lui. Il explique qu’il réfléchit mieux dans cette position et que s’il n’est pas assis comme ça, il perd 70% de sa capacité d’analyse et de réflexion. Il mange énormément de sucreries, gâteaux, bonbons et café ou thés démesurément sucrés. Il a d’excellentes notions d’arts martiaux et il joue extrêmement bien au tennis. 


Création du personnage  

Pour les fans de Death Note, un tome supplémentaire est sorti à la fin de la parution du manga, le tome 13 « How to read », dans lequel on retrouve énormément d’informations sur la création du manga, ainsi que du travail préalable de l’auteur et du scénariste. 


En ce qui concerne la création du personnage de L, Tsugumi Ohba (scénariste) nous dit que ce personnage a fait son apparition dans l’histoire, pour lui permettre de progresser. Il devait représenter la justice s’opposant aux actes de Light. Il devait donc être un « super détective » doté d’une intelligence hors du commun. Et il aurait pu être plus âgé, mais Ohba a préféré en faire un personnage jeune adulte, plus proche de l’âge de Light. Pour son passé, il avoue ne pas y avoir trop réfléchi et dit lui-même « je me suis contenté de faire savoir qu’il méritait sa réputation d’excellent détective par le nombre impressionnant d’affaires qu’il a résolues, sans toutefois donner plus de détails à ce sujet ». Il a laissé ce travail à Ishin Nishio, à qui l’ont doit le roman « Death Note : another note » qui se déroule avant l’affaire Kira et qui raconte l’une des enquêtes de L. En 2021, 13 ans après la fin de la publication du manga, sort un nouveau tome (masterclass) qui nous en raconte un peu plus sur le passé de L.


On ne sait rien sur ses parents et sa petite enfance. Quand l’histoire commence, il semble avoir 6/7 ans, et est recueilli à la Wammy’s house, créée par Watari pour les orphelins. Dès les premières heures de son admission, il s’est déjà battu pour se défendre contre des « plus grands » qui essayaient de le bizuter et les a tous mis au tapis. Il résoud rapidement des puzzles complexes et Watari se rend rapidement compte de son intelligence hors du commun. Comme il fait preuve d’aucune sociabilité et qu’il a un sens de la camaraderie inexistant, Watari lui donne rapidement une chambre seule. Il comprend très vite et très jeune que les ordinateurs et l’informatique vont chambouler le monde et demande à en être équipé. Il donne également de nombreux conseils d’investissement à Watari. Dont le patrimoine se voit augmenter de plus de 20000 fois. Quand L finit par découvrir des affaires de meurtre complexes, il comprend qu’il a enfin trouvé sa voie. Et Watari la sienne : celle de l’accompagner et de le soutenir. 


Pour son nom, L devait camoufler sa véritable identité, que nous n’apprendrons finalement jamais « réellement ». N’ayant pas les yeux des dieux de la mort, on saura juste que son nom de famille est Lawliet. L est la lettre qui a finalement été retenue par les auteurs après en avoir testé plusieurs de l’alphabet. 


En ce qui concerne son physique, Tsugumi Ohba a laissé carte blanche à Takeshi Obata qui a décidé, d’après lui, de ne « pas en faire un beau gosse ». Même si personnellement, je le trouve ultra frais et dans la vraie vie, il m’aurait beaucoup plus plu que Light ! Au niveau du scénario, Ohba a du modifier quelques petits trucs, notamment la manière de s’asseoir de L, qui est très particulière. Son air nonchalant, son côté british et sa manière de tenir son téléphone sont des « libertés » prises par Ohbata. Pour ses mimiques et son amour des sucreries, c’est d’un commun accord entre les deux. 

Quand on demande à Ohbata comment il a conçu ce personnage, il répond : « Comme L avait le regard plutôt vide, je ne lui ai presque pas dessiné de sourcils. Je me suis contenté de faire ressortir ses yeux noirs. Son air rêveur devait ressortir davantage. Finalement, les cernes lui ont donné un air plus perçant. Lorsqu’on le regarde, on ne sait jamais à quoi il pense. C’est un étrange personnage. Après coup, je me suis dit que j’avais bien fait de lui rajouter des cernes, car ils donnent une idée de la vie qu’il mène ou du passé qu’il a eu ».  

En ce qui concerne son style vestimentaire, Ohbata en rit en disant qu’il a un dressing composé uniquement de t-shirts blancs à manches longues et de jeans. Le seul moment où on voit L porter des chaussures, c’est pendant l’examen d’entrée à l’université et quand il joue au tennis contre Light. 


Personnalité 

C’est un personnage qui paraît simple, mais qui est finalement relativement complexe. Il est doté d’une intelligence complètement hors normes et est réputé pour être « le plus grand détective de tous les temps ». C’est quelqu’un de relativement calme, qui réussit à garder son sang-froid dans la grande majorité des situations. Il réfléchit extrêmement vite et prend des décisions très rapides. Son intelligence exceptionnelle amène à se questionner sur une certaine forme d’autisme (Asperger) ce qui pourrait également expliquer sa manière de se tenir (toujours recroquevillé) et son peu d’interactions « réelles » avec le monde extérieur. Il explique qu’il réfléchit mieux dans cette position et que s’il n’est pas assis comme ça, il perd 70% de sa capacité d’analyse et de réflexion. Il explique également que son appétit démesuré qui contraste avec sa maigreur, car son cerveau utilise toutes les quantités de glucose qu’il avale, tellement il réfléchit beaucoup et vite. 

Il est capable de détecter des choses très rapidement, avec peu d’indices avec son intuition légendaire, presque plus proche d’un vrai 6e sens. 


Il peut paraître insensible et froid, ne se souciant pas des autres, mais c’est relatif à sa nature suspicieuse. Il s’assure qu’il a toujours utilisé tous les moyens possibles (parfois douteux) pour parvenir à la vérité. C’est également un très mauvais perdant, ce qu’il reconnaît volontiers. Et c’est également ce qui le pousse à comprendre et à cerner le caractère de Kira. 

Il agit souvent en solo, même s’il est également épaulé par Watari. (Watari est un peu à L ce que Aldred est à Bruce Wayne/Batman). 


Il ment souvent, pour pouvoir arriver à ses fins. Il n’hésite pas non plus à tester les gens sans qu’ils s’en rendent compte, afin d’obtenir les informations qu’il souhaite. 


Son entourage se compose principalement de Watari, Near et Mello. 


Dans le tome bonus, sorti en 2021, « Death Note short stories », il y a une partie assez amusante où l’on en apprend un peu plus sur L et sa vie avec Watari. Il dort en position assise en couchant son siège au sol, et refuse d’utiliser un lit ou un canapé. Il va aux toilettes toujours dans sa fameuse position étrange et se lave dans un lave-linge géant, dans lequel il peut tourner et se laver en restant assis. On le voit également dans un musée ou à un concert, où il se plaint qu’il ne voit rien, car les gens restent debout devant lui. 


Conclusion

Je dirais que malgré sa personnalité atypique, L est un personnage qui n’en est pas moins attachant. Les quelques fois où on le voit sourire, il a des airs très enfantins. Même s’il semble insensible à tout, on réalise finalement que ce n’est pas forcément le cas, et qu’il y a bien des choses qui réussissent finalement à le toucher. Son intelligence exceptionnelle et son sens aigu de la justice, en font un personnage qu’on soutient et qu’on a envie de voir réussir (peut-être aussi parce qu’inversement, Light est très agaçant avec son profil de « garçon parfait » qui se sent intouchable). La grande richesse de Death Note est en partie due à ce personnage, qui est parfait pour s’opposer à notre anti-héros. Ils ont à peu près le même âge, sont redoutablement intelligents tous les deux, ce qui donne à cette œuvre le ton et le rythme endiablés, que nous lui connaissons. 

 
L_.jpg